La biodiversité vue par le Verger du Plessis, Inguinel

Favoriser la biodiversité tout en préservant les pommiers des aléas ? C’est possible ! Le Verger du Plessis le met en application et  nous en parle !
La biodiversité est le tissu vivant de notre planète, dont nous faisons partie. Elle est au cœur de nos vies et nous fournit des biens et des services irremplaçables. Découvrez la biodiversité et comment les agriculteurs partenaires du comptoir d’ici, chacun à leur manière, en font une de leurs priorités.

Leur choix : le bio

Le Verger du Plessis, crée en 1965 par le Général de Beaufort, ancien chef cabinet du Général De Gaulle, a été repris en 1989 par Jean-Philippe et Marie de Virville. En 2011, le verger, localisé à Inguinel, est certifié Bio et propose une grande variété de pommes : Gala, Elstar, Jonagold… de quoi régaler nos papilles ! Cet écrin de verdure, situé en relief vallonné, permet aux pommiers de profiter d’un ensoleillement optimal, ce qui renforce la qualité des fruits.

La localisation, un atout pour la biodiversité

Si vous vous rendez au verger du Plessis, une jolie traversée au cœur d’un bois s’offre à vous. En effet, l’exploitation est implantée dans un environnement favorable à la biodiversité. Une surface boisée entoure le verger et aucune culture aux alentours ne peut nuire à ce dernier. Les forêts, qui représentent d’ailleurs 31% du territoire français, sont de riches réservoirs de biodiversité. Elles rassemblent une grande disparité d’êtres et d’organismes, vivant dans des relations de symbiose, de prédation ou de concurrence. Parmi ces êtres et organismes vivants on retrouve des espèces végétales, des espèces animales, des champignons, des levures ou encore des bactéries. De plus, Marie et Jean-Philippe favorisent un enherbement total afin de diversifier les espèces. Lorsque l’on se balade dans les allés du verger nous pouvons observer une grande diversité végétale : pissenlits, orties, trèfles… des habitats pour un grand nombre d’espèces animales !

Les pommiers, vulnérables face à certains risques

En plus des aléas climatiques, les pommiers peuvent rapidement être confrontés à d’autres risques, notamment les ravageurs qui peuvent endommager considérablement les arbres et donc réduire grandement les récoltes. C’est pour ces raisons que Jean-Philippe et Marie sont particulièrement attentifs. C’est pourquoi, ils ont décidé de favoriser la biodiversité au détriment des produits chimiques en profitant des services que peuvent leur rendre les auxiliaires de cultures. En Agriculture, les auxiliaires sont les ennemis naturels des ravageurs de culture. Si cela ne suffit pas, il faut alors « repérer le parasite, agir ponctuellement et de manière ciblé » m’expliqua Marie, pour contrer certaines pratiques comme le traitement systématique. 

La biodiversité, un allié pour les pommiers

La biodiversité peut donc s’avérer être un formidable allié pour les cultures. En effet, plusieurs nichoirs à destination des mésanges, des rapaces ainsi que des chauves-souris sont postés sur les cultures. Ces espèces sont spécifiques puisqu’elles vont s’attaquer aux principaux ravageurs des pommiers. Si les mésanges, peuvent, à première vue sembler inoffensives, se sont pourtant de redoutables prédatrices des chenilles qui peuvent, si elles contaminent les pommiers, être porteuses de Bacillus Thuringiensis, qui sont des bactéries toxiques pouvant contaminer l’homme. De plus, les chauves-souris vont se nourrir de certains papillons, attirés par la chair du fruit, comme les carpocapses. Si les fruits sont contaminés, ils vont tomber et pourrir prématurément. Enfin, les rappasses, au gros appétit, vont s’attaquer à certains rongeurs comme les campagnols des champs, permettant ainsi de préserver la bonne santé des racines. Un véritable équilibre va donc être retrouvé.

Le saviez vous ? On retrouve environ 30% de la biodiversité nationale dans les forêts.

Juliette Coadic

Merci de vos partages
Dans la catégorie : Alors on change ?
Merci de vos partages
La biodiversité vue par la Poule Mouillée, Plouay
La biodiversité vue par le Jardin de la Saudraye, Guidel
Menu