Alors, on change ? Rendez-vous cette semaine avec Linda et Jean-Marie, de La Ferme de Kerbastard, à Bubry

Inspirer. Risquer. Réussir. Changer. Se planter. Rebondir. S’entourer. Rire. Partager. Être fiè.re.

Autant d’actions qui définissent les artisan.e.s et producteur.ices que nous rencontrons chaque jour au Comptoir d’Ici. Ils nous inspirent au quotidien et comme nous sommes sympas, nous partageons avec vous leurs visions du changement : de vie, de métier, de façon de produire et de créer.

Rendez-vous cette semaine avec Linda et Jean-Marie, de La Ferme de Kerbastard, à Bubry.

Le lait, c’est la vie.

« Dans notre ferme bio, nous produisons principalement du lait, que nous transformons en produits de crèmerie (crème, beurre, yaourts, fromage blanc etc…). Nous avons environ 25 vaches, dont une quinzaine à la traite au quotidien. Nous avons opté pour des vaches de races anciennes et à faible effectif (froment du Léon, bretonne pie noir, jersiaise, canadienne, flamande…), afin d’obtenir un lait de très grande qualité. En ce moment, on produit 100L de lait par jour, l’été on peut atteindre 200L.

Avant d’être agriculteurs, nous étions tous les deux architectes-paysagistes. Jean-Marie est issu du milieu agricole et il voyait déjà les agriculteurs comme les premiers paysagistes. Quand il s’est lancé dans cette exploitation, en 2016, je l’ai accompagné dans ce projet de vie. A partir de 2018, je me suis impliquée totalement, notamment sur la partie transformation des produits. On décide ensemble des grandes lignes et, au quotidien, on se répartit les tâches, Jean-Marie s’occupe des animaux, moi je gère la transformation.

C’est indispensable pour pouvoir vivre de notre métier, car si on vend simplement le lait au litre, on ne s’y retrouve pas. On transforme tout sur place, dans notre laboratoire. Les confitures dans les yaourts sont également fabriquées sur place, à partir des fruits de notre verger. Dernièrement, nous avons commencé à développer les jus de fruits, pomme, pomme-framboise ; au fil des prochains mois, on va aussi planter pour vendre un peu plus de produits transformés.

Le choix du Bio

Quand on a acheté ce terrain de 40 hectares, en 2016, il n’était pas exploité depuis des années. Nous avons donc pu créer notre activité en bio directement. Si le choix de travailler en bio était une évidence pour nous, nous avons opté pour une certification officielle (Certipak) afin de rassurer nos clients, pour qui c’est un gage de qualité. On se rend bien compte qu’il est important de faire de la pédagogie, pour que les gens comprennent les différences entre agriculture bio, locale, raisonnée.

S’engager, c’est bien…

On vend en direct à la ferme – le fait d’avoir une boutique sur place nous a d’ailleurs beaucoup aidé pendant le premier confinement. On travaille également avec des revendeurs, comme le Comptoir d’Ici, et des épiceries, dans toute la France. Nous avons aussi plusieurs restaurateurs qui achètent nos produits, par exemple, les chefs Yannick Alleno et Alain Ducasse, mais aussi l’excellent restaurant Sources, ouvert récemment à Lorient par Nicolas Le Tirrand. Nos clients apprécient les produits et c’est une très grande satisfaction pour nous.

…. mais, c’est pas toujours simple. 

Les vaches de races anciennes, en agriculture bio, produisent moins de lait que les vaches dans le système industriel. (ndr : une vache bio produit 7L de lait par jour, contre 40L par jour pour une vache non bio). Pour autant, elles mangent la même quantité ! Donc, nos produits sont un peu plus chers que ceux des producteurs industriels, pour que l’on s’y retrouve. Et cela engendre parfois une incompréhension de la part des clients – même si le lait produit est d’une plus grande qualité.

C’est dur comme métier, cela demande beaucoup de sacrifices. On en avait conscience quand on s’est lancés, mais pas à ce point. On est très perfectionnistes et on ne fait pas de concessions, mais petit à petit, on s’organise mieux – cette année nous avons réussi à embaucher une personne pour nous aider à mi-temps. »

propos recueillis par MANON LIDUENA

Journaliste et Auteure

Merci de vos partages
Dans la catégorie : Alors on change ?
Merci de vos partages
Alors, on change ? Rendez-vous cette semaine avec Vincent Nguyen, gérant de La Godaille Bretonne, à Lorient
Alors, on change ? Rendez-vous cette semaine avec Clément et Séveryne, de La Poule Mouillée, à Plouay
Menu